Républicain convaincu, condamné à mort par les autorités marocaines en 1964, réfugié politique en France, l'auteur de cet ouvrage ne fait pas mystère qu'il s'oppose au trône alaouite, corrompu et autocrate, soutenu par la France, dit-il, et à son service car d'énormes profits pour les banques et industriels étrangers sont en jeu. L'objectif que se fixe ici Moumen Diouri est d'écrire l'histoire de la politique économique marocaine qui se confond avec celle de la famille alaouite. Dès 1956 la famille royale devient le plus gros propriétaire foncier du pays par simple transfert d'actions. Très vite, la fortune royale se diversifie et croît pour devenir l'une des plus grandes fortunes mondiales, malgré la chute des phosphates en 1964 et le déficit des échanges extérieurs du pays dont le Trésor s'endette. La guerre contre le Polisario, déclenchée en 1975, exacerbe la crise économique. Mais le programme d'ajustement structurel de la Banque mondiale, appliqué depuis 1983, aboutit à une sorte d'offre publique d'achat sur le Maroc qui profite avant tout au roi Hassan II et aux investisseurs étrangers. L'auteur souligne le rôle du groupe de l'Omnium nord africain (ONA, fondé en 1924) dans ce processus de privatisation qu'il qualifie de personnalisation de l'économie aux dépens du peuple marocain.

Stock

1

 
€ 12,00
Price per unit
Quantity: Order

Information:

ISBN
: 2738412572
Author
: Moumen Diouri
Cover
: Paperback
Publisher
: L'Harmattan